vendredi 2 octobre 2015

Tous nos jours parfaits

Auteur: Jennifer Niven
Titre VO: All the Bright Places
Traduction: Vanessa Rubio-Barreau
Éditions: Gallimard jeunesse
Collection: Grand format littérature
Parution: 17 septembre 2015
Pages: 384 pages 

Quatrième de couverture:

Post-it 1: Je voudrais te poser une question. Crois-tu que ça existe, un jour parfait?
Post-it 2: J'envoie un message à Violet: "Tu es toutes les couleurs en une, à leur maximum d'éclat."
Post-it 3: T'es vraiment bizarre, Finch. Mais c'est le truc le plus mignon qu'on m'ait jamais dit.





Mon avis:


J'ai failli vous conseiller juste d'aller lire ce livre car je ne sais pas trop quoi vous dire d'autre. Cette chronique est celle que j'ai eue le plus de mal à écrire jusqu'à présent, tellement je suis bouleversée par cet ouvrage, tellement il a laissé une marque profonde en moi.

Ce récit est un ouragan d'émotions qui ne peut pas vous laisser indifférents. Il parle d'un sujet très difficile mais avec une telle poésie, une telle puissance que vous vous retrouvez saisis dès les premières lignes. Pour certains, il va parler à votre place, pour d'autres, il va permettre d'essayer de comprendre ce qu'il est impossible de savoir si vous n'êtes pas, d'une manière ou d'une autre, dans un état d'esprit similaire. 
J'étais à mille lieues de me douter que j'allais me prendre une telle claque en me plongeant dans cette histoire.

Cette histoire magnifique est écrite d'une manière magnifique. Cette histoire est triste. Cette histoire parle d'amour, d'un amour pur, gratuit. Cette histoire parle d'âmes brisées, d'êtres pris dans les affres du désespoir vers lesquels l'entourage et la vie peuvent nous plonger. Cette histoire est le reflet de ce que les afflictions conduisent à faire.

C'est le sacrifice par amour le plus pur. C'est l'aide d'un être qui va sauver la personne qu'il aime au détriment de sa fin à lui car, dans tous les cas, il se sait perdu et n'attend qu'une chose, la Libération finale. C'est la douleur qu'engendre le jugement permanent, c'est la destruction par les autres à vouloir vous façonner à leur image, à vous coller une étiquette. Ce sont les voiles que nous nous mettons devant les yeux afin de ne pas voir, par pur égocentrisme, ce qui est évident.

Regardons autour de nous, laissons en paix ceux qui ne nous ont rien demandé, arrêtons de juger alors que nous ne sommes pas un exemple de perfection. Arrêtons de profiter de la fragilité des autres afin de combler nos propres frustrations.

Je n'arrive pas à en dire plus. Tous nos jours parfaits va au-delà du coup de cœur. Lisez-le !...